Classiquement, pour préparer un plan, on fonctionne de la manière suivante

On pars de l’objectif
On le précède par une periode spécifique visant à créer un pic de forme
Avant cette periode specifique, on met une periode de développement général.

Classiquement sur 1500m et pour un fondeur (comprendre un coureur pour qui le 1500m est une distance courte), j’aurais tendance à faire du vite et court en periode spécifique et du développement de la caisse donc du plus long sur la période générale

Toutefois, mon ancien entraîneur m’a dit un jour : « pendant la periode spécifique on travaille les points fort et pendant la periode générale on developpe les points faible ».

Et c’est un point de vue que je partage en grande partie

Partant de là et, dans l’optique du garçon que je prépare actuellement, je me suis fait la reflexion suivante :

L’objectif etant lointain, que faut-il développer en ce moment ?

Dans le cas qui m’intéresse, je suis confronté à deux obstacles majeurs dans ma conception du plan :

– l’athlète ne pourra faire ni cross ni piste car titulaire d’une licence qui donne l’accès quasi qu’à des compet sur route : il est donc impossible de prévoir des compétitions « préparatoire » (puisque nous preparons un 1500m)

– l’athlète bien que courrant régulièrement en compétition n’a pas fait un 1500m depuis 6 ou 7 ans.

Compte tenu de ces deux obstacles et sachant que la caisse de l’athlète (pour du 1500m) est énorme

Nous allons donc partir sur une periode générale jusqu’à environ J-30 pendant laquelle nous allons tenter de :
– conserver la caisse
– limiter la perte de forme sur longue distance
– améliorer la VMA
– re decouvrir les allures au delà de la VMA (En particulier celle du 1500m)
– gagner en vitesse pure

Une fois cette base trouvée, il faut maintenant réfléchir à quoi faire pour gagner tout cela mais sans verser dans le même travail que la période specifique afin d’éviter d’être en forme trop tôt.